L'anti laicïté 1940 -1950

 

1940 :

Abrogation (3 septembre) de la loi du 7 juillet 1904 portant sur l’interdiction d’enseignement aux congrégations. Est supprimé l’article 14 de la loi du 1er juillet 1901 qui interdisait à tout membre d’une congrégation non autorisée d’enseigner ou de diriger un établissement d’enseignement.

 

1940 :

loi (18 septembre) annonçant la suppression des écoles normales à compter du 1er octobre 1941, censées être remplacées par les instituts de formation  professionnelle (décret du 15 aout 1941) lesquels ne verront pas le jour.

Suppression dont le but avoué est d’anéantir une des bases de la laïcité militante.

 

1940 :

arrêté du 23 novembre ordonnant qu’en les programmes de 2eme année du cours supérieur des écoles primaires, les enseignant prévoient des « entretiens familiers et lectures sur les principaux devoirs envers nous-mêmes, envers nos semblables (famille, patrie) et envers dieu » le 10 mars 1941, un nouvel article se limitera au « respect des croyances religieuses ».

 

1940 :

loi (3 octobre) portant statuts des juifs (et loi du 2 juin 1941, article2) et sur l interdiction d accès et de l exercice des fonctions publiques et mandats.

Violation tant du principe d’égalité républicaine que de la laïcité et retour à l antisémitisme institutionnel de monarchie chrétienne (édits d expulsions de 1394, de 1615, lequel ne fut abrogé que par la révolution et la loi du 27 septembre 1791).

 

1940 :

loi du 15 octobre et décret du 22 février 1941 étendant aux élèves des écoles privées le bénéfice de la caisse des écoles et des bourses.

 

1941 :

loi du 5 janvier 1941 autorisant les communes à subventionner les écoles privées. Pétain accorde 400 millions de francs de subvention aux écoles privées par la loi du 5 novembre (crédits inscrits au budget du ministère de l intérieur).

 

1941 :

loi du 15 février par laquelle l’église catholique recouvre les biens mis sous séquestre en 1905.

L’ordre des Chartreux est autorisé par la loi du 21 février 1941.

 

1942 :

Loi du 8 avril 1942 (complétée par la loi du 31 decembre1942) plaçant les congrégations dans le droit commun des associations, supprimant l’obligation d’autorisation gouvernementale et le délit de congrégation

Petain famille  .esprit-laique , laicite, laïcité,pédagogie,comprendre,la loi de 1905,concordat,marianne,république,loi ,image,assemblée nationale,

 

1944 :

ordonnance du 9 aout annulant les lois du régime de Vichy.

Les dispositions prises en 1942 en faveur des congrégations ne sont pas abrogées et demeurent en vigueur.

 

1944 :

Le 26 juillet 1944, le gouvernement provisoire, issu de la résistance, propose une liste de 24 dignitaires religieux (dont les détenteurs des sièges épiscopaux de Paris, Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux…) au vatican, aux fins de mise a l écart pour collaboration avec le régime de Vichy.

Cette démarche, initiée par le nouveau nonce (nomme par Pie XII le 1er janvier 1945), Roncalli (futur jean XXIII), à pour but de soustraire ces responsables religieux à la justice républicaine.

Le Vatican ne sanctionne que quelques supplétifs et maintient Suhard (paris) et Gerlier (Lyon) en fonction.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

×