L'école (question)

 

 

Cette question a pris une nouvelle ampleur avec la remise en février 2002 du rapport de Régis Debray sur «l’enseignement du fait religieux dans l’Ecole laïque ».

Ce texte sera publié ensuite par les Editions Odile Jacob et le Centre National de Documentation Pédagogique. Régis Debray est à la fois un intellectuel reconnu internationalement et un des phares du pôle républicain en France.

De plus, son rapport fait suite à la publication en 2001 d’un de ses ouvrages majeurs « Dieu, un itinéraire » (Ed Odile Jacob) dans lequel il renouvelle son sujet grâce à la discipline qu’il a fondé: la médiologie.

Ce Rapport est un exposé clair et complet de la question. Tous les éléments sont mis en perspective: le fait religieux est un fait sociologique qui s’inscrit dans l’histoire, la géographie, les lettres… et doit donc être intégré dans l’enseignement impartial de ces disciplines.

Mais il faut « refuser de promouvoir une matière à part entière ». Les distinctions cruciales sont faites: entre catéchèse et information, entre l’approche confessionnelle et l’approche scientifique…Le monopole du sens est refusé aux religions tout en soulignant que «la laïcité n’est pas une option spirituelle parmi d’autres, elle est ce qui rend possible leur coexistence». L’effort porte donc sur la formation des maîtres à travers douze propositions « pragmatiques et modestes ».


  L’humanisme antique et l’humanisme moderne son héritier depuis la Renaissance ne sont pas toujours mis en perspective avec les grandes religions monothéistes dans les grands débats sur le sens de la vie.

Des détails sont tout aussi révélateurs. Ecrire par exemple Jésus-Christ implique de croire que Jésus de Nazareth était bien le messie (Christ) attendu à son époque.

Une présentation officialisée des religions, même si elle se veut scientifique, ne risque-t-elle pas de cristalliser les tensions déjà présentes dans l’école ?

Comment vont se situer les élèves agnostiques ou athées ?

Chacun ne va-t-il pas se voir renvoyé implicitement à ses origines ?

Avec le port de signes religieux, la prise en compte des interdits alimentaires dans les cantines, les autorisations d’absence le samedi matin… l’école reflète la nouvelle société multiculturelle. Il reste que les faits religieux sont des faits. Ils appartiennent à l’histoire et pèsent sur l’actualité.

L’Ecole de la République se doit de les faire connaître dans une approche laïque.

 

Assemblee  .esprit-laique , laicite, laïcité,pédagogie,comprendre,la loi de 1905,concordat,marianne,république,loi ,image,assemblée nationale,

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×