L'école (positions laïques)

 

Les positions laïques

Dans la mouvance laïque, c’est la déclaration du Grand Orient de France, à l’issue d’un banquet républicain rassemblant un millier de personnes à Créteil le 21 octobre 1989, qui d’abord a le plus d’impact.

Mais dans les organisations, comme dans la société en général, des divisions inédites apparaissent.

Certes les laïques sont unanimes à identifier dans le voile un signe inadmissible de soumission des femmes. Avec des nuances, les uns s’en tiennent à ce fait, les autres discernent plusieurs sens.

Mais ils divergent surtout sur les tactiques à utiliser. Certains estiment suffisante la législation laïque antérieure qu’il s’agit de réellement appliquer.

D’autres étendent par souci de symétrie l’interdit aux kippas et aux croix. Les positions tendent à se cristalliser autour de deux pôles (avec de considérables variantes).

Le premier met l’accent sur la laïcité, en la proclamant indispensable à l’intégration. Le deuxième met l’accent sur l’intégration, en la présentant comme la manifestation d’une laïcité aboutie.


En novembre 1989, deux textes rassemblent les arguments. «Profs, ne capitulons pas !» signé par Elisabeth Badinter, Régis Debray, Alain Finkielkraut, Elisabeth de Fontenay et Catherine Kintzler s’insurge contre le « Munich de l’école républicaine ».

« Pour une laïcité ouverte » signé par Joëlle Brunnerie-Kauffmann, Harlem Désir, René Dumont, Gilles Perrault et Alain Touraine refuse « le Vichy de l’intégration ».

Au travers de nombreuses péripéties, que nous présenterons dans ce dossier, les deux positions perdureront. On les retrouve dans le Monde diplomatique de Février 2004 avec Henri Pena-Ruiz et Pierre Tévanian.

Nous nous trouvons devant deux discours de la méthode en revendiquant celle perçue comme la plus efficace : l’un prône la franche affirmation laïque jusqu’à susciter une nouvelle loi, l’autre préconise le pragmatisme, la négociation dans la durée.

marianne loi de 1905  .esprit-laique , laicite, laïcité,pédagogie,comprendre,la loi de 1905,concordat,marianne,république,loi ,image,assemblée nationale,

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×