L'école (l'école de la république)

 

L'Ecole de la République

 

 

Pour les républicains, la question de l’Ecole est décisive. 

Elle ne se réduit pas à la « question scolaire » comprise comme le refus du financement public de l’enseignement privé. La question de l’Ecole est plus large et plus profonde.

Pour que le peuple soit souverain, il faut qu’il soit éduqué. Il faut former des citoyens et pas seulement instruire de futurs salariés dotés de compétences purement techniques. Tout enfant, devenu élève, doit disposer d’un temps et d’un espace réservés à son éducation, à la fois en retrait et en relation avec la vie sociale.

Condorcet nous a offert la grande synthèse théorique sur l’Ecole républicaine dont le but est « de rendre la raison populaire ». C'est sur ce solide fond théorique que les militants de l'Ecole développeront un travail de longue haleine sur "l'Ecole que nous voulons", thème d’action central de la Ligue de l’enseignement.


Au delà de ces fondements, la Ligue de l’enseignement, avec d’autres associations d’éducation populaire, complémentaires du service public d’éducation, les Ceméa et les Francas, ont décidé d’aider l’ensemble des éducateurs à mettre en œuvre, dans l’école comme dans la cité, une laïcité qui apprenne à vivre ensemble, au sein de la République, dans le respect réciproque des personnes quelles que soient les convictions philosophiques, religieuses ou politiques de chacun, tout en favorisant l’appropriation des valeurs collectives sur lesquelles se construit un destin commun.

 

 

Pour les républicains, la question de l’Ecole est décisive. Elle ne se réduit pas à la « question scolaire » comprise comme le refus du financement public de l’enseignement privé.

La question de l’Ecole est plus large et plus profonde.

Pour que le peuple soit souverain, il faut qu’il soit éduqué. Il faut former des citoyens et pas seulement instruire de futurs salariés dotés de compétences purement techniques.

Tout enfant, devenu élève, doit disposer d’un temps et d’un espace réservés, en retrait de la vie sociale, pour mieux avoir le loisir de comprendre cette vie sociale.

Régis Debray n’hésitera pas à qualifier ce temps et cet espace de « sacrés ». Proudhon liait le règne du peuple, la démocratie au vrai sens du terme, à son éducation, qu’il appelait « démopédie ».

Ce thème est une constante majeure.

On peut au moins remonter à L’Esprit des Lois de Tocqueville « C’est dans le gouvernement républicain que l’on a besoin de toute la puissance de l’éducation » et au Contrat social de Jean-Jacques Rousseau « C’est l’éducation qui doit donner aux âmes la forme nationale », c’est-à-dire former des citoyens.

 

.esprit-laique , laicite, laïcité,pédagogie,comprendre,la loi de 1905,concordat,marianne,république,loi ,image,assemblée nationale,

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

×