le concordat (2)

 

 

 

le régime du Concordat

 

 

 

Bonaparte et le Concordat 

 

 

 Le Premier Consul souhaite rétablir en France la paix religieuse, d’abord pour assurer la paix politique.

Les négociations pour régler la situation de l’Eglise s’ouvrent à Venise le 14 mars 1800. 

Elles se poursuivirent à Rome et à Paris, furent très lentes laborieuses, de graves divergences opposant Bonaparteet le pape Pie VII. 

Il faudra presque treize mois de pourparlers pour que les négociations finissent par aboutir : neuf projets seront successivement écartés,

plusieurs crises ponctuent les discussions : Talleyrand et Fouchéen particulier, du côté français, ont multiplié les obstacles.

 

 

 

 

 

● Le gouvernement proclame que le catholicisme est la “ religion de la majorité des français ”, ils’engage à assurer le libre et public exercice du culte et à mettre les églises et les chapelles à ladisposition du clergé. 

 

● Une nouvelle distribution des diocèses est décidée et de nouveaux titulaires seront désignés pourtous les sièges 

 

● Le Premier Consul nommera les évêques, le pape leur donnera l’institution canonique ; les curés seront nommés par les évêques parmi des prêtres agréés par le gouvernement. 

 

● Le pape reconnaît que la vente des biens d’église (les Biens nationaux) est irrévocable. 

 

● Les évêques et les curés recevront un traitement convenable, à charge de prêter un serment defidélité. 

 

● Les évêques auront le droit d’ouvrir un séminaire dans leur diocèse. 

 

● Les fidèles pourront faire des donations en faveur des églises. 

 

Le Concordat est signé le 15 juillet 1801, il est promulgué le 8 avril 1802. 

 

Mais, ce même jour, Bonaparte fait ajouter, de son propre chef : les Articles organiques . 

C’est en fait, un véritable statut, très détaillé de l’Eglise de France. 

Ils fixent le nombre des archevêchéset des évêchés, celui des curés et des desservants, détachent le clergé de France de l’autorité pontificale,en exigeant l’autorisation du gouvernement pour la publication des bulles et des actes des concilesainsi que pour la tenue des assemblées ecclésiastiques. 

Ils renforcent aussi la surveillance de l’Etat en rendant le clergé justiciable du Conseil d’Etat . 

Ils stipulent qu’il n’ y aura dans toute la France qu’une liturgie et qu’un catéchisme. 

Rome n’accepta jamais les Articles organiques ;

elle s’efforça pendant tout le siècle mais en vain d’enobtenir l’abrogation. 

Le Concordat marquait la fin du schisme en France, la réconciliation de la France révolutionnaire et de l’Eglise, la restauration religieuse dans un vieux pays de chrétienté. 

Il resta en vigueur jusqu’à la séparation des Eglises et de l’Etat en 1905. 

Il est encore appliqué, de nos jours, dans les départementsde la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, terres annexées à l’Allemagne, à cette époque.

Bonaparte  .esprit-laique , laicite, laïcité,pédagogie,comprendre,la loi de 1905,concordat,marianne,république,loi ,image,assemblée nationale,

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×