les enterrements avant 1905

 la question des enterrements avant 1905

 

chronologie

A l’origine des sociétés, tout ce qui touche aux cérémonies mortuaires, aux sépultures, aux cultes des morts, était du domaine exclusif de la religion.

En France, jusqu’à la Révolution française de 1789, tous les cimetières étaient confessionnels.

Au fil du temps, les considérations liées à la salubrité publique dépossèdent progressivement l’autorité religieuse de l’organisation et de la gestion des inhumations et des cimetières.

Les dangers sanitaires que faisait courir à la population la présence de sépultures dans et aux abords des églises justifieront l’interdiction des inhumations et la création

d’un monopole communal des cimetières dès 1804.

Mais il n’y avait pas que cette question d’hygiène publique.

En raison du poids qu’elle représentait, l’Eglise catholique avait empiété sur les parcelles réservées aux autres confessions et aux personnes sans religion…

La IIIe République a donc voulu mettre en place un cadre juridique assurant

un principe d’« égalité »

face à la mort, tout en garantissant aux croyants, et notamment aux catholiques majoritaires de l’époque, la possibilité d’être inhumés selon leurs rites.

Cela explique le droit à l’« ornement de sa sépulture », qui peut consister à ériger des croix ou des chapelles sur sa tombe.

 

Sepulture pere lachaise paris

Ainsi, la loi du 14 novembre 1881 interdit les divisions confessionnelles et déclare les cimetières « interconfessionnels » : « Tout regroupement par confession sous la forme d’une séparation matérielle du reste du cimetière est interdite. »

Elle permet notamment d’interdire les fosses communes pour « les mécréants », qui n’avaient pas toujours droit à une place personnelle.

La loi du 5 avril 1884 renforce celle du 14 novembre 1881 en interdisant toute attitude discriminatoire fondée sur la croyance ou l'absence de croyance religieuse,

et la loi du 15 novembre 1887 garantit les dernières volontés des défunts, en disposant que

« tout majeur ou mineur émancipé (…) peut régler les conditions de ses funérailles, notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux à leur donner ».

source:http://www.saphirnews.com/dounia-bouzar/Cimetiere-laic-carre-confessionnel-etre-enterre-en-France_a11.html

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

×