les enterrements après 1905

 la question des enterrements en 1905

 Afin d'entériner les décisions prises avant 1905,

et pour interdire toutes attitude discriminatoires envers les religions et les cultes, la loi de séparation inclut dans ses articles une disposition particulière pour le cas des cimetières :

 

Article 28
 

Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit

, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions. 


En savoir plus sur http://www.esprit-laique.com/pages/loi-de-1905/article-28-loi-du-9-decembre-1905.html#WMlzYP4hoh7rWULI.99

 

 

 

Enterrement 1

 

La Constitution de 1958 légitime la laïcité et la neutralité des cimetières :

il est interdit d'ériger des symboles religieux dans les espaces publics, ce qu'avait déjà précisé l'article 28 de la loi 1905.

En revanche, les signes religieux sur la sépulture sont permis, autrement dit les tombes peuvent faire apparaître des signes particuliers propres à la religion du défunt.

En fait,

les cimetières sont des lieux publics civils, neutres et laïques,

où toute marque de reconnaissance des différentes confessions est prohibée dans les parties communes, bien qu’il reste des monuments religieux édifiés avant 1905 dans les allées de cimetières…

Le Conseil d’Etat a d’ailleurs strictement interdit de créer ou d’agrandir des cimetières confessionnels construits avant 1881

(Conseil d'État, « Dame veuve Derode », assemblée, 17 juin 1938, et « Sieur Lagarrigue », 18 août 1944).

source:http://www.saphirnews.com/dounia-bouzar/Cimetiere-laic-carre-confessionnel-etre-enterre-en-France_a11.html

 

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

×